J’ai testé… les raquettes avant la raclette

Je fais partie de ces gens qui ont la chance d’aller régulièrement à la montagne l’hiver….mais qui n’aime pas le ski !

Incroyable, n’est-ce pas ?

Mais terriblement vrai !

Mais comment aimer le ski alpin  quand on a le vertige (rien que l’idée de monter dans un œuf ou sur un télésiège me fait frémir, et je ne vous parle même pas de ce que je peux ressentir quand je me retrouve en haut d’une piste à 45°), & que l’on n’aime pas la vitesse ?

Hein ?

Eh bien c’est simple, on n’aime pas ! Moi pas « liker »le ski DU TOUT !

Alors, je profite à fond du grand air, du soleil au pied des pistes –c’est-à-dire des terrasses des cafés-, je mange local car le grand air ça creuse, je bois local car le grand air ça creuse (et que la charcut’ ça donne soif)…

Pour la faire courte, une semaine au ski, ça m’achève presque plus que les fêtes de fin d’année.

Le bol d’air c’est bien mais les 3 kg c’est carrément vilain !

Alors cette année, j’ai décidé de prendre le taureau par les cornes. Puisqu’il m’est impossible de tirer un trait sur les tartes aux myrtilles, la confiture au lait des alpes, le chocolat chaud à la Chartreuse, le miel mille fleurs, la charcuterie de folie et le fromage des alpages…Eh bien cette année, je vais me bouger !

(Rire moqueur de l’Homme et des 2 Schtroumpfs = grand moment de solitude !)

Un petit tour à l’office du tourisme et 2 kg de brochures plus tard, mon choix est fait : direction l’ESF, je m’en vais m’inscrire à la rando en raquette ! POuet pouet !

En théorie, tout le monde sait ce que c’est, non ?

Bon, en pratique, je ne savais pas que la version moderne des raquettes permet au pied d’être totalement libre de ses mouvements. Le pied n’est plus entièrement fixé à la raquette, ce qui 1) permet d’avoir une démarche naturelle très confortable, et 2) évite de nous faire passer pour un groupe de pingouins égarés.

Ajouter à cela des bâtons (avec la rondelle il a dit Jean Claude, très important la rondelle pour ne pas s’enfoncer dans la neige !) et vous êtes O.P .

Bref, moi, mes « quechua », mes raquettes et mes bâtons on était fin prêt à suivre J-C aka Jean-Claude-le-guide-ESF et le groupe des quinquas la haut dans les bois.

Quand te reverraiaiaiaia-je pays meeerveilleux ?

(Oui, car j’avais un peu peur d’être larguée)

Mais pas du tout.

J’ai adoré crapahuter dans la montagne, voir les traces des animaux dans la neige, découvrir leur mode de vie, leurs habitudes. J’ai appris plein de choses, sur la flore, la montagne…c’était presque mieux qu’une sortie pédagogique =)

Et puis c’est calme, feutré, ressourçant. Cela peut être drôle aussi (il y en a toujours un qui se casse la figure, qui perd sa raquette, qui mange de la neige..) C’est bon enfant, on est loin de nos vies trépidantes et cela fait vraiment mais vraiment du bien. On dé-con-nec-te !

Et puis la neige qui scintille, tous ces paysages à couper le souffle, le silence, l’air frais qui nous rosit les joues, et de la bonne fatigue : il n’y a rien de mieux pour recharger ses batteries, non ?

Ce fut un vrai moment à part. Pur, authentique, parfait !

Voilà pourquoi j’étais un peu moins présente, mais promis on se retrouve très vite pour plein de nouvelles découvertes.

A tout bientôt =)

(Pics from Charliestine…les seules que j’ai pu faire avant que la batterie ne me lache)