La Petite Robe Noire de Guerlain [backstage]

Aujourd’hui je vous propose quelque chose d’assez exceptionnel puisqu’il s’agit d’une plongée au cœur de l’univers féérique de GUERLAIN et plus particulièrement de la genèse de leur dernier parfum : La Petite Robe Noire.

Exquise esquisse que cette Petite Robe Noire.

Après avoir vu ce film, impossible de ne pas penser aux femmes de Kiraz, à la femme ELLE, à Inès de la Fressange ou encore à Sonia Rykiel. Bref à la quintessence même de l’élégance et du style made in France : la Parisienne.

Cette représentation graphique et éthérée prend  vie sous nos yeux ébahis et se révèle tour à tour espiègle, joyeuse, multifacettes, fantasque, fière, primesautière; elle danse, tourne, virevolte, se métamorphose & nous entraine fascinés dans le tourbillon de sa vie.

« Elle avait des bagues à chaque doigt,

Des tas de bracelets autour des poignets,

& puis elle chantait avec une voix

Qui sitôt m’enjôla

Elle avait des yeux, des yeux d’opale

Qui me fascinaient, qui me fascinaient

Y’avait l’ovale de son visage pale

De femme fatale qui m’fut fatale » aurait chanté de sa belle voix grave

Jeanne Moreau, autre icône du chic parisien, à ce sujet.

Ces 45 secondes furent pour moi, un pur moment d’émerveillement.

Je fus d’ailleurs conquise dès les premières images, dès les premiers accords.

Dès que le mannequin prit forme humaine et s’affranchit de ce qui l’entravait,

dès les premières notes de musique dont le rythme colle à la peau de cette femme fatale à la vie trépidante ;

Indiscutablement émerveillée, comme la petite fille que j’étais devant les vitrines de Noel des Grands Magasins du Boulevard Haussmann, à la vue des tenues, chaussures et accessoires so Glam ’n Chic (Avez-vous remarqué les chapeaux, les bracelets, la cape…et les chaussures !!!Ces incroyables chaussures à talons, mi escarpins  mi-gladiator-shoes mi-boots ou ces cuissardes hallucinantes qu’elle arrive même à rendre élégantes !).

Et enfin stupéfaite et amusée par cette audace lorsqu’elle cueille au vol cet homme qui lit son journal, et l’emmène tel un nouvel it-bag dans ses enivrantes aventures.

C’est beau. C’est rythmé. C’est frais. C’est osé.

Juste parfait, quoi!

Il ne m’en fallait pas plus pour chercher à en savoir d’avantage.

Qui sont ces créatifs géniaux, qui à partir d’un parfum ont réussi à créer une histoire, une identité et nous donner envie de se glisser dans la peau du personnage avant même que la moindre effluve n’ait perturbé nos sens ?

Qui sont ceux qui ont réussi à imprimer sur nos rétines ces images sublimes et dans nos têtes ces quelques notes de musique ? Qui est à l’origine de cela ?

Hein, qui ????

Abracadabra…..quelques clics sur le clavier et la magie internet opère…

C’est au 68 des Champs Elysées que se situe une partie de la réponse. Pour ceux qui ne le savent pas encore, c’est là que se tient la boutique « historique » de Guerlain (ce fut la première boutique ouverte par Jacques Guerlain en 1914).

A l’origine, la boutique se trouvait au rez-de-chaussée, tandis que l’étage était réservé aux bureaux ainsi qu’au laboratoire de Jacques Guerlain. L’homme aimait travailler là : il avait pour habitude d’inventer de nouvelles fragrances puis de descendre à la boutique avec quelques mouillettes afin de recueillir les impressions de ses meilleures clientes. Cette proximité avec sa clientèle et les retours recueillis instantanément font partie de la culture & de l’histoire de la Maison.

Thierry Wasser parfumeur de la maison Guerlain depuis 2008, s’est inspiré de cela pour (re)créer La Petite Robe Noire. C’est lui qui en est à l’origine.

La première édition de la Petite Robe Noire fit son apparition dans les boutiques en 2009. Son succès immédiat permit à Thierry Wasser de travailler à la manière de Jacques Guerlain, c’est-à-dire être attentif aux impressions de ses clientes, comprendre qui est la Petite Robe Noire afin de pouvoir la transformer.

Est-il nécessaire de rappeler que la « vraie » petite robe noire qu’on abrège « LBD » (pour little black dress) tant elle nous est familière, fit son apparition dans les années 20 et que depuis, elle a traversé fièrement les époques, les styles, la Couture, le Prêt à Porter.

Du bitume très « street », de soirées « couture » en cocktails « hype » , du bureau aux dance floors, elle peut être aussi sobre que pétillante, classique qu’audacieuse ou dévergondée…

La petite robe noire est à l’élégance ce que le jean est à la décontraction : une icône.

Et c’est précisément cela qui a intéressé Guerlain.

Le coup de génie tient dans le fait que Guerlain a réussi l’exploit de détourner avec humour un classique, se l’est (ré)approprié grâce à un travail remarquable & transcende ce nom issu de la mode en y ajoutant une nouvelle dimension : la Petite Robe Noire devient ainsi l’accessoire ultime qu’est la touche de parfum.

Seulement, s’attaquer à un mythe c’est bien mais c’est un jeu périlleux.

Car le mythe ne supporte pas la médiocrité.

Aussi faut-il le faire briller encore et encore sous peine de se prendre un vilain revers.

Alors, à ma question «  Qui est derrière cela ? », la deuxième partie de la réponse se trouve dans ces quelques lettres : KUNTZEL+DEYGAS.

Olivier Kuntzel et Florence Deygas sont un couple de créateurs visuels contemporains. Ils sont célèbres notamment pour leurs réalisations dans le domaine du clip vidéo et de la pub (le célèbre générique du film de Spielberg « Catch me if you can », c’est eux!). Kuntzel + Deygas ont developpé une écriture commune faite de la complémentarité de leurs talents et de leurs personnalités. Mêlant typographie, illustration, photo, vidéo, bricolage vintage et technologie dernier cri, ils signent leurs créations de leur style vif et impertinent, aussi fluide que rigoureux dans ses enchainements, caractérisé par un rythme visuel et sonore très bien maitrisé.

Et c’est cela que l’on retrouve ici.

Grace à eux, la Petite Robe Noire s’envole et voit enfin le monde.

Conçus sur le mode de l’animation, ce film graphique, joyeux, tourbillonnant (une vraie production avec quantité de dessins) permet d’innover avec audace au royaume des parfums. Il incarne une campagne publicitaire originale et permet d’installer la Petite Robe Noire dans une histoire conçue pour elle, rien que pour elle.

Dans cette trépidante revue de Paris, les silhouettes chapeautés ou cheveux au vent, virevoltent et même s’envolent. Ceux qui lui ont donné vie sur le papier lui ont dessiné une magnifique garde-robe aux modèles variés mais ou, toujours avec élégance, le noir est de mise.

Avec grâce, humour et légèreté la Petite Robe Noire répond à tous les désirs et habille la jeune fille autant que la femme.

Nous sommes conquises.

Echec et Mat.

(Pics from Guerlain, Kuntzel+Deygas & Mohamed Khalil)

Voici en bonus, l’excellent making of du film…A ne rater sous aucun pretexte!

Voilà, vous avez tout! Ah, oui, dernière info pour la route: on doit le flacon à Serge Mansau.

Voilà, maintenant, vous savez vraiment tout =)