« Scratching the surface » by Vhils

Au burin sur les murs, à l’acide sur du métal, en découpe au laser sur des croutes d’affiches, ou même à l’explosif, Alexandre Farto aka VHILS ne se contente pas de peindre des graffitis.

Non, il travaille directement sur les façades des bâtiments anciens en grattant peu à peu les couches du passé et change ainsi notre perception de la réalité urbaine actuelle.

Il utilise la ville comme un palimpseste (eh, eh ! Vous vous en rappelez ? Petit récap’ ici) ce parchemin que l’on grattait afin de pouvoir y réécrire de nouveau ; il creuse les murs des bâtiments pour retrouver les traces de l’évolution de ceux-ci en y faisant apparaitre ses immenses portraits.

A partir d’une surface lisse, il esquisse un visage à l’aide de bombes de peinture, prend ses marques, et s’engage dans un mano à mano avec la matière qu’il sculpte pour en faire émerger ses œuvres saisissantes, dont les expressions traduisent sans fausse pudeur de vraies émotions.

Né en 1987 au Portugal, Vhils a commencé à taguer les murs dès l’age de 13 ans dans la banlieue de Lisbonne. Il s’essaye ensuite au pochoir puis rapidement se penche sur sa boite à outils pour mieux jouer les contrastes.

Passionné, « habité » Vhils parcourt le globe pour réaliser ses œuvres monumentales à travers le monde. Il est remarqué dès 2008 au Cans Festival auquel il était invité par Banksy. Le critique d’Art Tristan Manco confie « Voici l’une des œuvres qui a le plus marqué le Street Art ces dernières années. »

En 2010, il participe à la Biennale de Sao Paulo, au Fame Festival en Italie et réalise un portrait gigantesque avec JR au cœur de Los Angeles.

Durant l’été 2011, LEVIS fait appel à lui pour une campagne de publicité « new-look » à Berlin. Pas de nom mais des slogans qui appellent à aller de l’avant : »GO FORTH » & « NOW IS YOUR TIME ». Une alternative à la pollution visuelle des panneaux publicitaires. En réinventant les rapports du Street Art avec la publicité, Vhils démontre que l’art de la rue est en constante évolution et qu’il tend à s’imposer dans notre quotidien de manière magistrale.

L’artiste est actuellement à Shangai où il a non seulement investit une galerie mais la ville toute entière. L’expo met l’accent sur la singularité de son travail & les mutations techniques qu’il exploite.

Elle souligne également son caractère éphémère et inattendu qui peut évoluer au gré du temps et des bouleversements naturels.

Comme il le dit si bien : « C’est l’éphemère qui me captive, ce que j’ai vu en grandissant dans les rues, les transformations et les évolutions de la ville ».

Je vous laisse le découvrir en vidéo….attention talent !

(Pics from Ian Cox, nerdbanite, myguidestar.blogspot, nuart.09.blogspot& tumblr)

Vidéo « Scratching the surface »

Cette vidéo HALLUCINANTE ci-dessous est le résultat de 8 mois de travail pour réaliser le clip du morceau « M.I.R.I.A.M » pour le groupe soul/funk portugais ORELHA NEGRA…..un grand moment, ENJOY!