Péché capital.

En ce moment, rétrospective au Grand Palais oblige, on parle beaucoup  d’Helmut Newton, vous savez ce photographe génial qui savait photographier les femmes comme personne.

La relève est indéniablement assurée car d’autres s’y essaient et s’en sortent plutôt pas mal.

J’ai récemment découvert le travail de Carsten Witte et j’ai eu envie de partager cela avec vous.

Je ne commence pas par la facilité; cette séance étant esthétiquement sombre, mais je la trouve très révélatrice du talent de ce photographe allemand basé à Hambourg.

Dans cette série nommée « Intuitions », il décrie le caractère éphémère de la beauté et la Vanité associée à cet état fugace.

J’ai été bluffée par le maquillage (j’ai d’abord cru à des projections sur le visage de ces femmes), un des outils de prédilection de Witte, et la sobriété de la prise de vue.

C’est efficace, bien réalisé, esthétique mais pas esthétisant et le message est clair.

A propos de ce travail, Carsten Witte s’exprime en ces termes:

« One main idea behind my work is the belief that everything is constantly changing but photography can preserve the moment. Beauty is almost nothing without the knowledge of how fast it will fade…”

(Pics from Carsten Witte)