La Petite Veste Noire de CHANEL par Lagerfeld & Roitfeld

Qui aurait pu imaginer qu’un simple bout d’étoffe puisse voler la vedette à une centaine de personnalités parmi lesquelles figurent Vanessa Paradis, Anna Mouglalis, Uma Thurman, Romain Duris, Georgia May Jagger, Yoko Ono, Charlotte Gainsbourg, Clémence Poesy ou Tahar Rahim ?

Peu d’entre nous, avouons-le.

Mais c’était sans compter ce bout d’étoffe iconique, qui n’est autre que la petite veste noire de la maison CHANEL, magnifiquement sublimée par la diabolique union hautement créative de deux monstres sacrés de la Mode : Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld.

A l’unisson, lui à la photographie et elle au stylisme, ils ont mis en scène leurs muses, toutes parées de cette pièce intemporelle mais tellement dans l’air du temps qui fait rêver les addicts de mode du monde entier depuis plus de 50 ans.

Au final, un très beau travail photographique en noir et blanc, véritable galerie de portraits contemporains condensés dans un ouvrage qui sortira à l’automne 2012.

« Pour moi qui ai toujours voulu être illustrateur, précise Karl Lagerfeld, ces photos traduisent ce qu’un travail de portraitiste au chevalet aurait pu donner après des heures de pose. Mais ici tout s’est fait en un instant. »

On ne peut que saluer la performance de Karl et Carine qui sont sortis des sentiers battus pour nous livrer d’autres interprétations de cette pièce mythique.

Et pourtant ce modèle phare de la rue Cambon, tout le monde le connait : une petite veste noire faite de mille détails que l’on appelle raffinement, et qui occupe depuis 1950 une place cruciale dans nos vestiaires.

C’est à ce moment-là d’ailleurs que Coco Chanel créa le tailleur en tweed. La veste à 4 poches est inspirée d’un uniforme qui fut réinterprétée pour les femmes à grand coup de coupes ajustées, de boutons dorés et autres ganses. Coco avec cette pièce empruntée au vestiaire masculin signe là un vêtement des plus modernes, en enlevant col et épaulettes, et en assouplissant la veste pour apporter encore plus d’aisance aux femmes sans pour autant sacrifier leur élégance.

Elle impose ainsi un style à contre-courant avec des silhouettes minimalistes, à l’époque ou le bouffant et les volumes du New-Look de Christian Dior faisaient fureur.

Même après la disparition de Mademoiselle Chanel en 1971, la petite veste noire en tweed n’a jamais perdu de sa superbe.

Depuis son arrivée chez CHANEL en 1983, Karl Lagerfeld ne cesse de la réinterpréter.

Portée avec un jean dans les années 80, il ne cessera de la moderniser en l’adaptant à la garde-robe de la femme moderne : plus ou moins courte, avec ou sans col, imprimée, twistée, déclinée dans maintes couleurs, c’est LA pièce fétiche incontournable de chaque collection depuis 30 ans.

Et Carine Roitfeld (ex-rédactrice en chef du VOGUE français) d’ajouter cette réflexion que je trouve extrêmement juste : « C’est presque un blouson en jean mais avec ce côté très élégant. » 

Finalement, si on gratte le strass et les paillettes, c’est aux petites mains de l’atelier de la maison de couture et à tous ceux qui restent dans l’ombre du créateur qu’il est réservé cet hommage.

(J’ai joins ci-dessous un vidéo que CHANEL a réalisé et qui retrace le processus de fabrication d’une de leurs vestes, un must !)

C’est une manière très élégante de le faire.

Et c’est signé CHANEL.

 

Retrouvez l’exposition à Tokyo (c’est là où elle fut inaugurée) jusqu’au 15 avril 2012,

Ou  l’ouvrage disponible en librairie à l’automne 2012 intitulé La petite veste noire : un classique de CHANEL revisité par Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld aux éditions Steidl Gottingen.

(Pics from Karl Lagerfeld & Anna Combaz)

Ci-dessous vidéo du making-of.

Et la petite veste noire du dessin au cintre, c’est par ici…